Prises de Position

Légalisation du cannabis – qui en profite?

Jürg Barben
Professeur de médecine de l’enfance et de l’adolescence, spécialiste des maladies pulmonaires

Il est trop tot pour avoir des certitudes au sujet du cannabis médical

Cet article du Docteur Gino Pecorado, obstétricien, gynécologue et commentateur de santé de Brisbane présente la situation du cannabis médical en Australie.

L’utilisation de la plante de cannabis pour traiter certaines pathologies n’est pas nouvelle. En fait, autour de 1851 jusqu’en 1942, elle a même été inscrite sur la liste des drogues officielles des Etats-Unis pour traiter des pathologies telles que la malaria, la fatigue et la douleur. Ce n’est qu’en 1961 que les Nations Unies ont constaté que le cannabis était devenue une «drogue fortement dangereuse sans utilité médicale significative». Son utilisation devint alors clandestine.

«Cannabis et médecine» | Décembre 2017

Le chanvre (Cannabis sativa) contient plus de 400 composants. Deux cannabinoïdes chimiquement proches sont les plus importants: le «tétrahydrocannabinol» (THC) qui entraîne des effets psychoactifs et le «cannabidiol» (CBD) sans effets psychoactifs comparables. Le potentiel thérapeutique est basé sur leurs multiples mécanismes d'action, notamment l'activation des récepteurs du système cannabinoïde propre à l'organisme.
L'intérêt pour un possible effet thérapeutique des préparations pharmaceutiques à base de chanvre et de cannabinoïdes synthétiques s'est fortement accru au cours des dernières années, tant dans le grand public que dans les milieux médicaux.